Archives de l’auteur : vanuuyis_admin

Lame en acier feuilleté, avec deux montures

Cette petite lame de Tanto, entièrement polie, sans ha machi ni mune machi, semble peu orthodoxe. En fait, par la pureté de ses lignes, par la mise en valeur du grain de l’acier et de sa ligne de trempe, ainsi que par ses montures à double usage, elle rejoint l’esprit japonais le plus pur dans sa vénération conjuguée de l’acier, de l’esthétique et de la fonctionnalité.

Monture de type Saya :

  • 12 couches de laque gravée à l’échoppe sur bois de tilleul.
  • Habaki en cuivre poli.
  • Mekugi  en laiton

Monture « couteau de chasse » à l’occidentale :

  • Manche : intégral, plaquettes de bois de rose, tissu de carbone, le tout surmoulé sous vide  sur la soie.
  • Étui : stratifié cuir/résine époxy surmoulé sous vide sur le couteau monté. Deux inserts métalliques de suspension intégrés entre les couches de cuir. Laque noire incrustée de laque rouge. En plus de sa légèreté, le composite cuir/époxy qui constitue l’étui permet de « clipper » la garde du couteau et de le porter manche vers le bas.

Couteau droit, lame en wootz maison

 

Caractéristiques :

Lame  :

  • Dimensions : L : 106 mm, l : 20 mm, e : 3,5 mm au talon.
  • Acier : Acier au creuset maison à partir d’une nuance industrielle (mangano-siliceux courant)  au taux de carbone porté à 1,4 %.
  • Émouture bi-convexe (jap. : hamaguri).
  • Trempe : sélective à l’eau.
  • Polissage à la pierre.
  • Tranchant poli au cuir.

Monture :

  • De type soie clavettée.
  • Poignée : muirapiranga, tissus de carbone, résine époxy collés sous vide sur la soie.
  • Garde  en  corne.
  • Poids monté : 66 g.

Étui :

  • Stratifié cuir/époxy/fils de carbone surmoulé sous vide sur le couteau.
  • Laque époxy.
  • Poids total : 100 g.

Tanto à lame en wootz

Petit tanto avec lame en acier au creuset

Petite  lame en acier de bas-fourneau affiné au creuset, autrement dit : en  « wootz », avec  cependant la particularité peu répandue d’être hypoeutectoïde : son taux de carbone est inférieur à 0,8%.

Lame :

  • Dimensions : L : 140 mm, l : 20 mm, e : 3,5 mm
  • Poids : 45g.
  • Acier : échantillon unique d’acier au creuset à partir d’acier de bas-fourneau (Fe 0,6 < %C < 0,8, aucun autre élément d’alliage) issu d’une campagne d’exploration systématique des propriétés physiques et esthétiques des différentes nuances. Très proche par son comportement, son « grain » et sa trempabilité d’un acier de bas-fourneau corroyé (comme le tahamagane), il était tentant d’en faire une lame de style japonais.
  • Trempe sélective, polissage main, finition à la pierre (uchigumori, hazuya, jizuya), puis nugui.

Acier wootz par Van Uuyis

Monture :

  • Nishiki- ji.
  • Fuchi, kachira, koïgushi, kogiri, mekugi en corne de buffle d’eau  vernie.
  • Intercalaires en  tôle de laiton.
  • Habaki en laiton brasé.
  • Anneau de suspension en laiton (à la place du kurikata) vissé sur écrou prisonnier dans        la saya.
  • Hatome en ivoire.
  • Saya, tsuka en tilleul naturel.
  • Décor en tissu imprimé.
  • Baguettes de blocage en bois dur laqué noir.

Manche et fourreau originaux pour ce tanto, recouvert de tissu imprimé

L’ensemble, constitué de vingt pièces, ne pèse que 103g. Dans ce type de monture, l’ajustage de chacune des pièces autorise un collage réversible : ce qui signifie que chacune d’entre elles  peut être démontée et remplacée, y compris le décor en tissu.

Eclaté de ce tanto, réalisé par Van Uuyis

Tanto Aikuchi à lame en acier feuilleté

Couteau d'art: Tanto Aikuchi forgé par Van Uuyis

La lame de ce petit Tanto est, elle aussi, issue de mon travail sur les lames de sabres. Elle est de structure « honsanmai » inusitée pour cette longueur de lame parce que complètement superflue… mais où serait le plaisir sans le luxe du superflu ?

Le noyau est en acier carbone / silicium (acier à ressort), le tranchant est en acier au tungstène et les flancs sont constitués d’un mélange d’aciers fins (0,5% < C <1,2%) assemblés par grattage en une trousse à sept plis.

Cette lame, à la fois technique et esthétique, m’a semblé mériter une monture plutôt académique.

Description de ce tanto « Aikuchi »

Lame :

  • Structure : honsanmai
  • Dimensions : L : 163 mm, l : 23,8 mm, e : 6 mm, poids : 115 g.
  • Forme : sugata : hira zukuri, mitsu mune, mu sori; hada : mokume
  • Trempe : hamon : suguha

 

Monture :

  • Aikuchi
  • Habaki : lainton, brasure argent
  • Kashira, fuchi, koiguchi, kurikata, tsuno-gaeshi : acier patiné « brun »
  • Saya : tilleul laqué quatre couches
  • Tsuka: tilleul, same monté à la colle de riz
  • Mekugi : laiton patiné

Stylet corse

Lame : double tranchant; L : 180 mm, l : 35 mm, e : 5,5 mm.

Acier : sandwich, acier dur (C 1,2%, W 1,2%) / feuilleté cinq couches travaillées à plat.

Soie traversante vissée dans le dernier disque de la fusée (écrou prisonnier).

Fusée : empilement de disques d’ébène, séparés de cuivre et d’argent. Le septième disque est incrusté d’un « oeil » de corail de Méditerranée.

Toutes les pièces de monture sont argent ; le fourreau est en cuir durci recouvert de cuir.

Kard persan

 

Couteau droit, inspiré du « Kard » persan.

Lame : acier feuilleté 168 couches (trousse de sept pièces : Fe C, Fe C Cr, FeCW)
Dimensions: L : 195 mm, l : 23 mm, e : 5 mm, poids : 75 g
Trempe conventionnelle à l’huile.

Lame de poignard perse, manche acier gravé

Poignée : acier doux, sept pièces usinées, formées, brasées, polies, gravées, vieillies et « bronzées » rouge.

Manche acier gravé de Kard par Van Uuyis

Longueur totale : 305 mm
Poids total : 290 g

Etui en cuir durci peint de kard

 

Etui : cuir durci (cuir imprégné de résine époxy, surmoulé sous vide sur le couteau).
Décor avec anneau en acier doux traité à la manière de la poignée.

Interprétation de Flissah kabyle

Flissah forgée par un artisan coutelier français

J’avais déjà forgé quelques lames de « Flissah » mais uniquement d’après l’examen d’un original incomplet en ma possession, et sans aucune documentation. Depuis, mon ami Claude Bidaut a comblé cette lacune en m’apportant ses connaissances et différentes études, dont celle de C. Lacoste.

 

Poignard kabyle, forgé par un artisan coutelier françaisPoignard d'inspiration kabyle, avec poignée en poirier naturel et argent

Entre authenticité et modernité

À la lumière de toutes ces données, j’ai tenté, comme à mon habitude, de saisir l’esprit de cette tradition et de me rapprocher autant que possible des modes opératoires des artisans kabyles. Malgré de très nombreuses concessions à la modernité, voici donc une nouvelle tentative un peu moins « européanisée » que les précédentes.

Entre autres concessions, les deux moitiés du fourreau (poirier naturel) sont collées, et les bagues qui le décorent sont brasées au lieu d’être pliées, battues et piquetées : je n’ai pas su travailler là tôle d’argent de cette façon sans abîmer le bois.

Pour la gravure du bois, en revanche, j’ai travaillé à main levée avec un crayon et deux petits ciseaux montés sur une échoppe.

Poignard inspiré par les traditions de forge kabyles

 

Origines probables de la Flissah

À propos des hypothèses proposées par les différents auteurs concernant la filiation de cette forme particulière d’arme blanche, mon expérience de forgeron me donne à penser qu’elle est très probablement originale et ne doit rien à des influences étrangères, du moins récentes. La section triangulaire très prononcée de la lame, la noix octogonale et la plate semelle (quelquefois incomplète) qui la prolongent font appel à des techniques de forges bien établies et ne semblent pas être une tentative d’imitation de la lame à plate semelle yatagan (Turquie). Je suis même convaincu que les forgerons kabyles avaient développé un outillage spécifique leur permettant de forger leur tranchant en conservant un dos aussi rectiligne… mais ça, il faudrait une étude à la fois d’historien, d’archéologue et d’ethnologue pour le confirmer.

Description :

Lame :

  • Dimensions: L : 205 mm, e : 6mm au talon
  • Poids : 120 g.
  • Acier au silicium, parfaitement adapté aux lames longues et effilées
  • Trempe intégrale suivie d’un revenu prolongé

Monture :

  • Fourreau et poignée en poirier naturel.
  • Bagues et tête de pommeau en argent.